Elisa Murcia

Née à Alicante, (Espagne) en 1985. Entre 2003 et 2009 elle étude Beaux Arts à l’Université de Barcelone et après le Master Européen “Productions artistiques et recherche”. Depuis 2007, elle est gestionnaire culturelle et photographe indépendante. En 2011 déménage à Besançon, ville où elle a travaillé en tant qu’assistante photographe de Nicolas Waltefaugle, photographe d’architecture et de portraits et aussi comme assistante de production au Festival Bien Urbain dans la même ville. Entre 2012 et 2013 a développé une résidence d’artiste pédagogique à Lure (Haute-Saône) au collège Albert Jacquard où elle a aidé les élèves à construire un projet photographique. En parallèle elle a exposé une installation inédite sous la commande du Conseil Général du Doubs à Besançon. Au mois de juillet elle a été invitée au symposium international “Praxis e contexto da arte contemporânea” para la Fundaçao Eugénio de Almeida, à Évora, Portugal. Actuellement développe une résidence d’artiste, avec une future exposition photographique dans la rue avec une publication du travail à Graulhet (Tarn) en partenariat avec l’Association Science en Tarn et Le Conseil Général du Tarn. Aujourd’hui elle vie et travaille entre La France, La Suisse et l’Espagne.

Je souhaite préciser brièvement l’intérêt qu’a pour moi l’outil qu’est l’image, en particulier la photographie. En effet, j’utilise surtout l’outil photographique pour créer, mais aussi je développe des projets d’installation dans lesquels n’apparaît finalement pas la photographie. Mais ce qui m’intéresse avant tout, c’est le fait que le spectateur puisse générer une image à travers la lecture d’autres images et d’autres langages plastiques qui sont proches de la photographie.

Dans ce qui suit, je vous présente ma démarche artistique afin que puissiez en appréciez les intérêts et intentions, avec un peu plus de précision.

Autour des objets, des lieux, résident une mémoire de personnes. Rendre présent ce voile dans les photographies permet de découvrir le sujet au-delà du purement visible.

Mon intention est de récupérer, interpréter, inventer des souvenirs qui semblent s’être évanouis. Des souvenirs qui deviennent alors permanents lorsqu’ils sont photographiés, convertis à la fois en passé et présent. Je ne m’intéresse pas tant à la véracité, mais plutôt à la possibilité que l’observateur puisse refléter sa propre mémoire sur les photographies, construire la porte d’une image qui s’ouvre à l’imagination.

C’est pour cela que l’architecture, la philosophie, la poésie, la littérature, la musique ou les rêves, par exemple, me sont des sources essentielles d’inspiration, et sont le point de départ de mes projets photographiques. Le processus photographique joue un rôle très important dans l’élaboration de ces projets: les outils photographiques sont pour moi des traducteurs d’idées latentes. Ils font apparaître des concepts visibles qui cachent l’invisible.