H.S. Rogovine

« Qu’il est dur de devenir ce que l’on es ». Albert Camus

Sous ce pseudonyme se cache un Autre. Un Autre que cet enfant de Genève né ailleurs, arrivé autrefois dans l’entre jambe de cette « Belle du Seigneur », pour y rester toute sa vie durant.

Être ou ne pas être là. Partir enfin ? Larguer des chaînes dans l’océan du vide. Tout quitter ? Ou alors, rester encore et toujours. Ou bien ou bien, l’impossible choix kierkegaardien. Ou peut-être si. Vivre l’ailleurs en soi. La séduction de l’esthétique et l’évasion dans l’écriture. Rester à contempler cette dame à l’orgasme perpétuel, un Jet d’eau écumant. Trouver sa propre respiration, là où justement s’écoule son Fleuve, son Encre noire, son Acherhône. Faire battre le cœur des mots et les maux du cœur entre les murs d’une Cité à l’Esprit et au Corps parfois si étouffant et culpabilisant. Un choix, une aventure, des instants de rêve, à vivre ici. Il en a fait sa Cité lisse, ses chemins de poésie, ses secrets de boudoirs, ses artères de nomadisme épique, ses traverses de libre-pensée et de libre-vouloir. Il en fait son épouse, sa concubine, son amante, sa fleur du macadam, et sa déesse-mère universelle. Il en a fait son Iliade et son Odyssée.

Ecrivain ? Sans doute pas, pas encore du moins. Mais un « écrivant » sûrement. Passionné de littérature, de philosophie, de cinéma et de photographie, il trouve dans ses récits des moyens directs d’accès à sa vie, sa vraie vie s’entend, celle d’un Autre qu’il ne sera peut-être jamais ou qu’il est trop pour le savoir vraiment Se montrer tel quel, dans ses déviances, ses transformations, ses devenirs minoritaires, ses « perversités », ses désirs secrets. Se montrer dans la totale schizoïdie de son personnage et être enfin libre, au bout du parcours, au bout d’une ligne, au bout d’une histoire, sans fin sans doute, sinon tragique. Être un Desdichado ou un Moravagine, mais être l’Autre.

H.S. Rogovine a trois ans, âge de son premier roman en construction, qu’il espère un jour faire naître de cet entre-jambe. Trois ans à peine, mais les premières années du reste de sa vie. Pour le moment, il étale ses passions et ses contradictions dans les fresh memories de son journal intime. Journal de débord forcément. Il vit et voyage dans le Grand Genève.

http://freshmemoriesblog.com/