Critique du roman « Je devais mourir » d’A.L. Host!

alisa host, roman, je devais mourir

Ce n’est pas un roman, c’est une histoire dans un roman. Écriture agitée, quasi sur le vif dans la mémoire du protagoniste.

Qui de survie en survie, reste éveillée au moindre appel des autorités, nous sommes entre la France et la frontière ibérique, cela donne à sa démarche une coloration particulière, mais discrète, sans effacer le sentiment de la raison pour continuer le sens du possible-ou le cri vociférant le possible sans espoir. Le rêve de l’intérieur cultive l’agitation d’une vie de fugitive

Récompensée par sa détermination  sans cesse renouvelée dans cette course à la liberté individuelle et applique sa méthode de traque du réel, du juste mot, de la faille dans l’évidence.

L’intelligence aussi impertinente que sensible nous fait réviser notre a priori en notre âme et conscience. Nous lui savons gré en l’occurrence de traiter avec une égale honnêteté les épreuves familiales évoqués tout au long de son récit

Les blessures sont dites à voix hautes, l’auteure ne se cache pas, elle se détermine dans ce prisme affectif.

C’est survivre pour ceux qu’elle aime, qu’importe le reste c’est une autre affaire.

Une autre affaire à suivre…

–> http://www.alhost.ch/

 

        a.                                                               Isabella Coda-Bompiani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>