Présentation de « Les Aventures de Kity » par Valérie Pointet!

Capture couv

Présentation du conte :

« Pourquoi se moque-t-on ainsi de moi ? Après tout, je suis aussi un poussin, comme eux, un peu différent peut-être, mais, un poussin. Ce n’est pas parce que je suis plus petit, moins beau et moins fort, qu’on doit me traiter de la sorte. Non, mais ! Je vais leur montrer que je suis aussi capable que n’importe qui d’autre dans cette ferme. »

La première version des « Aventures de Kity » voit le jour en 2006 aux Éditions Le Manuscrit, au bout de près de cinq années d’écriture. L’auteur, Valérie Pointet, tout comme Kity son petit personnage, n’a jamais baissé les bras et a réalisé son rêve : écrire un livre ! Pour y parvenir, elle a mis en pratique bon nombre de conseils que ce courageux poussin s’applique à lui-même et prodigue à son entourage. Le désir, l’autosuggestion, l’imagination, l’élaboration de plans, la persévérance ne sont que quelques-uns d’entre eux.

À travers ce conte, l’auteur souhaite susciter chez le jeune lecteur, l’envie d’aller lui aussi au bout de ses rêves et lui démontrer qu’il possède en lui toutes les ressources qui conduisent à la réussite.

 

Extrait du livre I du conte : Le Collier Perdu – chapitre : Kity et Monsieur Pinky le cochon

À cet instant, il aperçoit Monsieur Pinky dont l’énorme masse rose se promène autour de la porcherie à la recherche de vieux trognons de pain que John lance parfois par-dessus la barrière.

D’un pas décidé, il s’avance dans sa direction.

— Bonjour Monsieur Pinky ! dit-il, enjoué.

L’intéressé tourne lentement la tête de son côté et lui répond d’un air abattu. La tristesse du regard de Monsieur Pinky le surprend.

— Comment allez-vous, Monsieur Pinky ? demande-t-il joyeusement, pensant ainsi égayer l’ambiance.

— Bof…, pas terrible…

— Eh ! que se passe-t-il ? Vous êtes malade ?

— Non, c’est juste que je me sens un peu déprimé, lâche-t-il dans un soupir.

Devant la mine dépitée du gros cochon, Kity en oublie le motif de sa visite, le collier.

— Déprimé ? Mais pourquoi donc ? Nous vivons dans une belle ferme, mangeons de la bonne nourriture tous les jours et aujourd’hui il y a même un peu de soleil. Nous avons tout pour être heureux et vous, vous parlez de déprime. Que vous arrive-t-il, Monsieur Pinky ?

— Mon pauvre Kity, ne sais-tu donc pas quel sort on réserve aux bons gros porcs bien gras comme moi ? interroge Monsieur Pinky, la mort dans l’âme.

— Euh…, non, répond Kity inquiet.

— La boucherie ! jette le molosse. Oui mon bonhomme, je deviendrai jambons, saucisses et côtelettes !

— Mon Dieu ! Comme c’est effrayant ! s’écrie le poussin épouvanté. Mais pourquoi donc ?

— Il en est ainsi des cochons ; ils viennent sur terre pour se transformer un jour en charcuterie et viande dont se régalent les humains. Je ne peux rien contre ça. Je devrai me résigner, poursuit Monsieur Pinky d’un air malheureux, mais je n’y arrive pas. Cela me déprime véritablement.

— Mais c’est épouvantable ce que vous racontez là !

— Mon pauvre petit, tu ne sembles pas savoir que dans une ferme on élève des animaux qui sont destinés à nourrir les hommes ; les lapins, les moutons ou les poulets. Tout le monde y passe un jour ! conclut Monsieur Pinky d’un ton grave qui effare le poussin.

— Quoi ? Vous voulez dire que moi aussi je vais finir dans une casserole ? demande Kity devenu blême et tremblant d’angoisse.

— Probablement, lui répond le gros cochon. Tu ne peux rien y faire, rajoute-t-il d’un air désolé.

Soudain, Kity réalise que cette perspective mettrait sans aucun doute fin au projet qu’il miroite depuis quelque temps. Adieu son bel avenir prometteur !

— Non ! Je refuse de me faire manger ! clame-t-il haut et fort. J’ai d’autres ambitions pour moi et pour rien au monde, je ne capitulerai devant cette menace.

— Je te trouve bien déterminé, rétorque le gros cochon rose. Et comment comptes-tu t’y prendre ?

— Je vais éviter de penser à cette éventualité macabre et rester plutôt convaincu que je peux arriver à réaliser mon rêve. Car voyez-vous, j’ai décidé de devenir le coq de Westpond, donc pas question pour moi de terminer en poulet rôti ! Et vous, vous devez bien avoir un désir secret qui pourrait s’avérer plus fort que cette obsession de la boucherie, non ?

— Oh si ! s’empresse de répondre le molosse bien gras avec de nouveau une lueur revenue éclairer son regard. Je rêve de travailler dans un cirque, car j’adore les enfants et j’aimerais pouvoir les faire rire.

— Ce serait formidable ! s’enthousiasme le poussin, amusé par cette idée. Mais au fait, j’étais venu vous voir Monsieur Pinky pour toute autre chose, se souvient tout à coup le petit poulet.

— Ah oui ? Et quoi donc ?

— Vous savez, nous n’avons toujours pas retrouvé le collier de Basile, notre chien qui se sent bien malheureux depuis.

— Ah oui ! Hum, en effet, je suis au courant…, répond le porc qui s’attendait ma foi à une nouvelle plus alléchante.

— Voulez-vous m’aider à le chercher demande le poussin ? levant son petit bec vers le groin impressionnant de Monsieur Pinky.

— Pourquoi pas ? répond celui-ci, pensant que cela lui changera les idées.

 

Lire l’intégralité du livre I « Le Collier Perdu » des Aventures de Kity sur

http://www.monbestseller.com/manuscrit/les-aventures-de-kity#.VQnkAuE1PW8

Valérie Pointet

Valérie Pointet

Originaire du département de l’Ain voisin, Valérie Pointet rentre dans la vie active au milieu des années 80 à l’aéroport…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>